Identités nomades

 

ET SI... JE ÉTAIT UN AUTRE ? DES AUTRES ?
 

S’il est bien une procédure qui définit notre époque, et ce que nous revendiquons volontiers comme notre civilisation, c’est le contrôle d’identité. Nous sommes censés être identiques à nous-mêmes, et à ce qu’attend implicitement d’un individu la société à laquelle nous appartenons. Sauf que, comme le notait Marx (Groucho, pas Karl), « Je n’accepterais jamais d’intégrer un club qui m’accepterait pour membre »... C’est qu’en effet rien n’est plus déceptif, plus mortifère que la conformité – à commencer par la conformité... à soi-même ! On dit volontiers qu’il faut s’efforcer de « devenir ce que l’on est ». J’en tiens plus volontiers pour la formule inverse : s’efforcer d’être un devenir. Crever la baudruche de l’identité, la faire fuir. Il s’agit moins de devenir quelqu’un, que de refuser toute forme d’assignation à résidence.
La littérature et le théâtre ont ceci d’épatant qu’ils nous permettent d’élargir le champ des expériences existentielles et, ce faisant, d’enrichir notre devenir de possibilités inédites. Le théâtre est strié de lignes de fuite : lignes de rupture ou lignes d’erre, lignes de faille, lignes nomades... Ces lignes que dessine le « et si ?… » qui est au principe de toute fiction : et si... nous quittions le giron de l’identité fixe ? et si... nous nous inventions une identité nomade ?
 

Enzo Cormann

 

 

 

 

 

 
 

Spectacles

Tentatives d'approches d'un point de suspension
EXPOSITION VIVANTE yoann bourgeois

Quand il s’est vu nommé à la tête du Centre Chorégraphique National de Grenoble en octobre 2015, l’artiste circassien Yoann Bourgeois s’est aussitôt demandé quels projets il aimerait bien pouvoir mener dans un futur plus ou moins proche ; et il s’est rendu compte que, quels que soient l’ampleur des projets et le nombre de jours qu’il lui restait à vivre, le temps serait trop court. Que faire ? Désamorcer ce temps...

FRONTENAY, LE CHÂTEAU
01/06, 02/06, 03/06      + D'INFOS

Départ arrêté
THÉÂTRE DE RUE / CRÉATION Théâtre Group’

Nul n’ignore que le Théâtre Group’ entretient depuis toujours une passion dévorante pour le monde de l’automobile. La Jurassienne de Réparation, ce show pétaradant qui permit à la compagnie de se hisser au sommet de la gloire, explorait déjà tous les petits métiers qui gravitent autour de la mécanique. Après avoir abordé des sujets dits « de société » comme la sécurité avec Vigile ou l’humour contemporain avec Comique, le Théâtre Group’ renoue avec ses premières amours dans ce spectacle de rue et de roue...

DOLE, PAVILLON DES ARQUEBUSIERS
05/06      + D'INFOS
MOREZ, ÉCOLE PRIMAIRE
06/06      + D'INFOS
BEAUFORT, PLACE DU CHAMP DE FOIRE
07/06      + D'INFOS
NOZEROY, SOUS LE CHÂTEAU
08/06      + D'INFOS

La figure du baiser
DANSE Nathalie Pernette

Il y a deux saisons, Nathalie Pernette explorait La figure du gisant avec quatre danseurs recouverts de longs suaires qui revenaient lentement à la vie en produisant une quantité non négligeable de figures blêmes et d’images spectrales. Dans La figure du baiser, deuxième volet d’un triptyque consacré à la statuaire et intitulé judicieusement Une pierre presque immobile, Nathalie Pernette délaisse le fantastique pour un voyage nettement plus hot...

GEVINGEY, LE CHÂTEAU
10/06      + D'INFOS

À l'affiche

LE BAL DE L'AFRIQUE ENCHANTÉE

+ D'INFOS
© 2010-2017 Les Scènes du Jura • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales