Pauline Peyrade

Autrice de saison

Par l’écriture, Pauline Peyrade interroge la forme comme support d’expérience sensible.
Placées sous le signe de la nuit et de l’abolition de la frontière entre visible et invisible, ses pièces sont des portraits de femmes dont les fragments s’assemblent, se recoupent les uns après les autres, tout au long d’un trajet, d’un parcours aussi bien intérieurs qu’extérieurs. Ses textes ont fait l’objet de mises en scène (Cyril Teste, Das Plateau) et de mises en onde (France Culture). Ils ont été traduits entre autres en anglais, allemand, espagnol et tchèque. Depuis 2015, elle écrit également pour le cirque au sein de la #CiE qu’elle a fondée avec la voltigeuse Justine Berthillot. Elle enseigne au sein des départements d’écriture dramatique de l’ENSATT (Lyon) et de l’École du Nord. Ses textes sont publiés aux Solitaires Intempestifs.

 

BIBLIOGRAPHIE

• Éditions Les Solitaires Intempestifs
Poings, 2017
Ctrl-X suivi de Bois Impériaux, 2016

• Lansman Éditeur
Objection, in Juste trouver les mots, 2014

 

Un, deux, trois, nous irons au bois...

 

Beaucoup d’écrivains et d’écrivaines le disent, quand on commence un nouveau texte, c’est à chaque fois comme si c’était le premier. On se rend compte qu’on ne sait pas faire, qu’on ne sait pas par quel bout le prendre, quels chemins emprunter. L’écriture n’est pas une affaire d’experts, je ne le crois pas. Elle est plutôt une inexpérience réactivée.
Plus elle nous en apprend, plus elle se révèle dans ses détours, dans ses défis, dans ses zones sauvages. L’écriture est un territoire, une forêt vierge sans cesse renouvelée. Elle se pose à contretemps du monde, exigeant de qui veut  l’entreprendre patience, recherche, contemplation. Elle est la terre de l’improductif, du lent, du naïf éclairé. L’écrivain ou l’écrivaine complète à chaque aventure son kit de survie et d’orientation mais, inévitablement, devant les arbres immenses et les lianes innombrables, il/elle se retrouve humble et égaré·e.

 

Qu’est-ce alors, pour une autrice, d’être invitée à travailler sur un territoire qu’elle ne connaît pas ? Nous parlons ici d’une autre sorte de territoire, un territoire non plus intime mais géographique, physique, peuplé d’inouïs et d’altérités. J’ai traversé plusieurs forêts de l’imaginaire, les cheveux dans les branches et les mains sur le clavier. J’ai appris à m’orienter dans le noir et à faire confiance à cette compagne silencieuse qui vous guide jusqu’à la sortie du labyrinthe : l’écriture. Je me suis perdue, j’ai rebroussé chemin, j’ai repris courage, je m’en suis sortie, parfois oui, parfois non, jamais tout à fait intacte, ni tout à fait indemne. Cette année, l’aventure est collective. Nous voyageons en groupes. Nous débattons du chemin à emprunter, du bout par lequel le prendre. Nous construisons ensemble notre navire et inventons les outils et les techniques pour le manoeuvrer. J’ai dit forêt, j’aurais pu dire mer, désert, steppe ou banquise. Pourvu que ce soit sauvage. Pourvu qu’il y ait du risque. Pourvu qu’on tremble et qu’on s’émerveille.

 

Je vous propose, pour ces quelques mois à passer en votre compagnie, de partir sur les sentiers des contes. Fouiller dans vos mémoires et dans celles de vos aïeux pour en extirper les Reines jurassiennes d’hier et d’aujourd’hui, ces femmes qui ont marqué leur temps et leur région. Tirer la Vouivre des eaux, revenir aux origines des récits célèbres pour en inventer de nouveaux en nous interrogeant à notre tour sur ce qui nous fait obstacle, sur ce qui demande à être dépassé, éprouvé, confronté, afin de nous constituer petit à petit en tant que sujets libres. De quoi s’émancipe-t-on ? Où est le loup ? Que cachent nos forêts ? Les sorcières et les ogres existent-ils encore ? Où sont les maisons en pain d’épice et les bottes de sept lieues ? Quelles sont nos armes pour lutter contre le désenchantement, la normalisation, l’aliénation, la violence, le rétrécissement du rêve ?

 

Rodin disait que l’oeuvre préexistait aux coups de taillants, que le travail du sculpteur était de révéler le modèle prisonnier de la pierre. Je crois que c’est la même chose avec les histoires, les personnages et les poèmes. Ils existent au-devant de nous. À nous d’être suffisamment à l’écoute pour les extraire, sans les altérer, de la nuit de l’imagination.

 

Pauline Peyrade

Liste des spectacles

POINGS
THÉÂTRE / CIRQUE
LONS-LE-SAUNIER - LE BŒUF SUR LE TOIT - Le 14/11/18

Poings est le fruit d’une rencontre aussi fortuite que miraculeuse entre Pauline Peyrade, l’artiste circassienne Justine Berthillot et le créateur sonore Antoine Herniotte. Ces noms vous semblent familiers ? Normal. Justine Berthillot a écrit et interprété un duo de portés présenté en 2016, Noos, et faisait partie de L’hypothèse de la chute de Frédéric Cellé programmé l’année dernière. Quant à Antoine Herniotte, il a signé le texte et la bande-son du Riquet de Laurent Brethome que vous avez vu (et entendu) en 2015...


CTRL-X
LECTURE
LONS-LE-SAUNIER - LE THÉÂTRE - Du 13/05/19 au 14/05/19

Ida est une jeune femme « connectée », comme on dit aujourd’hui, au point de passer des nuits entières scotchée à son ordinateur. C’est à peine si elle daigne répondre à sa sœur qui lui téléphone pour lui demander si elle a bien pensé à prendre son médicament. Ida préfère nettement pianoter sur son clavier, ouvrir une quantité impressionnante de fenêtres sur son écran et s’enfiler des pubs, des flashs infos, des photos, des vidéos - beaucoup de photos et beaucoup de vidéos d’un certain Pierre, il faut bien le reconnaître. Mais qui est donc ce Pierre ? Un amour perdu ? Et dans quel but Ida surfe-t-elle comme ça sur la Toile, de manière obsessionnelle ? Pour s’évader ? Pour faire le deuil d’une relation qui a mal tourné ? Ou bien est-elle tout simplement en train de devenir folle ?


BOIS IMPÉRIAUX
THÉÂTRE
DOLE - LA FABRIQUE - Du 14/05/19 au 15/05/19

Un frère et une sœur traversent la France en voiture. Lui souffre de troubles psychotiques ; elle d’une vie sociale inexistante ou à la limite de la marginalité puisque, quand elle ne prodigue pas à son frère les soins qui lui permettent de se maintenir à flot, elle s’emploie à assouvir les fantasmes de ses clients en bonne opératrice de téléphonie rose. Une halte dans une station-service, perdue entre l’autoroute infertile et la forêt dense et mythique, leur fera croiser le destin d’un pompiste aussi égaré qu’eux...


LIBÉRÉE DÉLIVRÉE
LECTURE THÉÂTRALISÉE
LONS-LE-SAUNIER - LE THÉÂTRE - Le 18/05/19

Quand on s’affranchit de la lecture moralisatrice, on réalise que les protagonistes de ces histoires ne sont pas puni·e·s pour leur curiosité, mais plutôt mis·e·s face à des passages obligés qui leur permettent d’aborder avec plus de sagesse la prochaine étape de leur existence en éprouvant leur courage, leur force, leur liberté…

 

Nous passerons une soirée avec elles, ces Reines jurassiennes, et vous conterons leurs histoires. Pour les écrire, nous nous disperserons dans les villes et les villages. Nous récolterons leurs parcours, leurs destins. Nous suivrons leurs traces et tâcherons de les faire revivre, et avec elles une région qui, sans elles, ne serait pas la même.


Les stages

Infos / Réservations

03 84 86 03 03

contact@scenesdujura.com

 

S'inscrire à la newsletter

 

© 2010-2019 Les Scènes du Jura
Design : Jeanne ROUALET • Réalisation : Jordel Médias Agence Web