Sylvain Levey

Auteur de saison

Ouasmok ?, son premier texte, est édité en 2004 et a reçu le Prix de la pièce jeune public en 2005. Depuis il a écrit de nombreuses pièces publiées, traduites et jouées dans de nombreux pays. En 2006-2007 il est auteur associé au Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis avec Lancelot Hamelin, Philippe Malone et Michel Simonot, avec lesquels il fonde le groupe Petrol. Ils écrivent ensemble L’extraordinaire tranquilité des choses. Sylvain Levey collabore avec la Comédie de Valence en 2006 et avec l’Institut international de la marionnette de Charleville- Mézières en 2007 ; en 2009-2010, il est auteur associé à l’Espace 600 de Grenoble. Il reçoit en 2011 le prix Collidram pour Cent culottes et sans papiers et a été deux fois nommé au Grand Prix de littérature dramatique. Il est lauréat du Prix de La Belle Saison 2015.


BIBLIOGRAPHIE

• Éditions théâtrales - Collection jeunesse
Ouasmok ?, 2004
Alice pour le moment, 2008
Viktor Lamouche in Théâtre en Court 3, 2008
Cent culottes et sans papiers, 2010
Costa le rouge, 2011
Lys Martagon, 2012
Arsène et Coquelicot, 2013
Folkestone, 2014
Michelle doit on t’en vouloir d’avoir fait un selfie à Auschwitz ?, 2017

• Éditions théâtrales - Répertoire contemporain
Enfants de la middle class, 2005
Pour rire pour passer le temps suivi de petites
pauses poétiques, 2007
Comme des mouches, pièces politiques, 2010
Rhapsodies, 2015
• Éditions Lansman
Par les temps qui courent, 2004
• Éditions espace 34
L’extraordinaire tranquillité des choses, 2006

 

La première fois que j’ai mis le pied dans le Jura, j’avais dix ans, c’était à Lamoura, il neigeait je suis tombé dans un trou : bras cassé. C’était bien, j’étais celui qui a un plâtre, celui qui ne fait pas de ski, celui aussi qui n’aura pas de médaille la semaine écoulée. Parfait ! Je n’ai jamais aimé les médailles (ni les pommes, ni les chaussons, ni les robes de chambre mais ça c’est une autre histoire).


Je suis venu une deuxième fois dans le Jura, deux ans plus tard, pas de trou cette fois-ci mais un joli souvenir : traverser le département en voiture, c’est mon père qui conduit, direction la Suisse, mon premier voyage à l’étranger, une glace au bord du lac Léman, j’étais content, c’était l’aventure.


C’est donc la troisième fois que je viens ici. Alors, si vous croisez, dans les rues de Lons-le-Saunier, de Dole ou de Saint-Amour, un gars qui marche à trois kilomètres heure quand tout le monde marche à quatre c’est moi.


Je marche lentement. Je l’assume. Je le revendique.


Nous allons certainement, je l’espère en tout cas, nous croiser dans les rues ou les théâtres alors je me présente :
Né le 2 décembre 1973 à 2h55 à Maisons Laffitte département des Yvelines. France. Europe.
Présentation céphalique ok.
Pas de césarienne, pas d’intervention au forceps. État du placenta normal, le cordon ombilical aussi est normal. Tonus musculaire normal, jusqu’ici tout va bien.
A positif, comme tout le monde, ou presque, je suis un mec banal, état de l’enfant à la naissance ? Normal. Périmètre crânien : 32, comme tout le monde ou presque, je suis un mec banal je vous l’ai dit.


C’est un passage de Gros un texte que j’ai écrit et que j’aurai le plaisir de vous présenter durant le joli mois de mai.


J’ai hâte. J’ai peur. J’ai envie.


J’ai hâte aussi que vous rencontriez Michelle et Lys.


Tu y crois toi ? Aux histoires de prince charmant ? Moi non. Je n’y crois plus au prince charmant je n’y ai jamais cru je crois. C’est dommage on m’a dit. On m’a dit que c’est dommage à mon âge de plus croire à tout ça, au prince charmant et à tout le reste. On m’a dit que ce n’est pas normal. Comme de parler tout le temps, comme je fais là maintenant ce n’est pas normal non plus à ce qu’on m’a dit de parler tout le temps. C’est quoi être normal ? Hein ? C’est ? Quoi ? Être ? Normal ?


C’est un passage de Lys Martagon que vous pourrez découvrir durant la saison et pendant ces prochains mois on va essayer ensemble de répondre à cette question : C’est quoi être normal ?


Nous avons jusqu’à juin pour ne pas trouver les réponses et ouvrir d’autres débats, partager d’autres questions et rire et rêver ensemble qu’on pourrait pourquoi pas changer un tout petit peu le monde.


Alors, si vous restez longtemps, sur les routes jurassiennes, derrière une voiture qui roule à cinquante kilomètres heure c’est sans doute moi qui conduit.


Marcher vite, rouler vite je n’aime pas. Choisir sa propre vitesse c’est peut-être ça le début d’un début de début de liberté ?


Sylvain Levey

Liste des spectacles

LYS MARTAGON
THÉÂTRE
LONS-LE-SAUNIER - LE THÉÂTRE - Du 08/10/18 au 09/10/18

Lys Martagon est une jeune adolescente de quatorze ans qui vit à la montagne et qui passe son temps à contempler ce qui l’entoure pour y dénicher la beauté. En bas, dans la vallée, elle rencontre Démétrio, qui règne sur le bitume avec un club de golf et qui, lui, ne contemple guère que sa barre d’immeuble et sa télévision. Le soir, Lys retrouve sa mère, harassée par sa journée de travail, qui semble toujours avoir laissé sa tête dans un tiroir de son bureau. Qui, de ces trois-là, voit le monde tel qu’il est vraiment ?


MICHELLE, DOIT-ON T'EN VOULOIR D'AVOIR FAIT UN SELFIE À AUSCHWITZ ?
THÉÂTRE - MARIONNETTES
DOLE - LA FABRIQUE - Du 26/11/18 au 27/11/18

Le 20 juin 2014, une adolescente américaine en voyage scolaire en Europe poste sur les réseaux sociaux un selfie où elle pose, tout sourire, à l’intérieur du camp d’Auschwitz. Cette photo prise dans ce lieu de mémoire on ne peut plus symbolique provoque aussitôt un déferlement de commentaires injurieux et haineux sur Internet. Au point que la jeune fille devra expliquer son geste à la télévision dans l’espoir d’être graciée par l’opinion publique...


LIBÉRÉE DÉLIVRÉE
CLÔTURE DU TEMPS FORT
LONS-LE-SAUNIER - LE THÉÂTRE - Le 18/05/19

CLÔTURE DU TEMPS FORT !

à 16H >  Film documentaire L'ORIGINE DU NON  

à 18h30 > Lectures Théâtralisées

• À CONTRE COURANT 

• PROMENONS-NOUS DANS LES BOIS 

• REINES JURASSIENNES 


GROS
LECTURE THÉÂTRALISÉE
DOLE - LA FABRIQUE - Du 27/05/19 au 29/05/19

Dans sa famille, tout le monde était en surpoids, même le chat. Quand on parlait de lui, on ne l’appelait pas par son prénom : on disait le petit bouboule de l’école Turgot qui habite rue Raspail, dans le lotissement. Et on lui pelotait aussi régulièrement la tête, comme on tripote un porte-bonheur. C’est fou, quand on y pense, tout ce qu’on se permet de faire avec les petits gros...


Les stages

Infos / Réservations

03 84 86 03 03

contact@scenesdujura.com

 

S'inscrire à la newsletter

 

© 2010-2019 Les Scènes du Jura
Design : Jeanne ROUALET • Réalisation : Jordel Médias Agence Web